Généralités

Innovation : bientôt la formation 11.0 …

30 octobre 2014 • By

Mon cher Marco,

J’ai lu avec attention votre article Formation innovante : BYOD, hybride, netware, cloud, deep learning, publié sur votre blog Formation 3.0 le 29/10/2014… Avec d’autant plus d’attention que j’ai du m’y reprendre à 4 fois avant de comprendre ceertaines choses. Est-ce dû à un problème de concentration ou bien des connaissances limitées, toujours est il que j’ai du rechercher bon nombre de termes et d’expressions sur Google pour en comprendre le sens : NetWare, Deep Learning… ou bien m’assurer que derrière certains termes, nous y attribuons la même définition…

J’essaie modestement de vulgariser le elearning, car à mon sens il devient urgent de stopper cette numérisation de façade si l’on ne veut pas faire fuir le public… Attention, ne vous-méprenez pas, je ne remets pas en cause votre travail, vos connaissances ou vos idées, mais j’ai tendance à dire que la diversité des opinions fait la richesse des débats, du moment qu’ils sont menés avec respect… Donc accordez moi le temps d’exposer les miennes.

« J’ai lu récemment plusieurs articles sur le fait que la formation n’innovait pratiquement pas, malgré l’apparition de l’e-learning ou des MOOCs. Personnellement, je crois que c’est faux.  Je crois au contraire que nous vivons une époque d’intense bouillonnement créatif autour de la pédagogie, de l’éducation et des nouvelles technologies » Marco Bertolini

Je n’irais pas jusqu’à affirmer que la formation n’innove pratiquement pas, malgré « l’apparition de l’e-learning ou des MOOCs ». Autant je suis d’accord pour l’apparition des MOOCs, on leur doit bien d’avoir contribué au bouillonnement dont vous parlez, de nous avoir fait sentir qu’il se passait (enfin) quelque chose, mais pour l’apparition du e-learning, ça date un peu…

Le grand mérite des Mooc, au-delà de l’effet de mode, aura été de donner ses lettres de noblesse à l’enseignement en ligne, jusqu’ici mal vu par les plus prestigieuses institutions.
(Michelle Weise – Christensen Institute)

Il est pas si évident de trouver une définition satisfaisante de l’innovation, surtout si on souhaite l’appliquer à la formation… De mes recherches sur le Net, je retiens l’expression suivante :

L’innovation peut se trouver sous différents formes : nouveau bien ou service, procédé, organisation, ou marketing.

Malheureusement, à mon sens, l’innovation actuelle en formation relève beaucoup plus de l’innovation marketing que de nouveaux procédés, ou des nouvelles techniques et technologies. J’entends par là qu’on assiste surtout à la numérisation de façade de procédés existants, certainement dans le but de leur redonner une seconde vie, peut être faute d’avoir su trouver justement de nouveaux procédés… Et si innovation il y a, elle ne le reste pas pendant 10 ans… Et justement dans les NTIC, et je pense que l’on peut l’appliquer aux TICE, les innovations déclarées se retrouvent obsolètes une décennie plus tard. Le e-learning, la formation hybride, la FOAD… il me semble que nous y sommes depuis quelques années déjà ! Mais cela ne veut pas dire que le e-learning est obsolète, puisqu’une innvoation, même réussie a besoin par la suite de « maintenance », pour se renouveller, s’améliorer…

En fait très souvent en formation, on use plutôt du transfert technologique : nous appliquons à notre domaine, une technologie qui existe déjà. Ex : l’utilisation des tablettes. Et si l’on s’inspire du cours HEC dispensé au Mastère Management des Nouvelles Technologies (slide 6), nous sommes le plus souvent en présence d’Innovations Incrémentales, parfois appelées amélioration de produit…

 

Il me semble que dans votre article vous associez souvent le mot innovation à ce qui est plutôt du transfert technologique (ex : le BYOD), ou alors à ce qui relève de la diversité des méthodes d’apprentissage.

Enfin, attention à l’usage de certain raccourci… Par exemple à propos du NetWare (je ne sais absolument pas ce que c’est d’ailleurs !), vos propos peuvent se résumer à : Application en ligne –> Pas de téléchargement de données, de programmes (Aïe…) –> Aucun risque de virus (Ouille !). Je ne suis pas expert en sécurité informatique, mais il me semble que ce n’est pas si simple. Non seulement l’utilisation d’application en ligne ne vous garanti pas l’absence de téléchargement de données, ni même la sécurité contre d’éventuels virus…

Conclusion :

Le travaille de recherche mérite d’être souligné, mais je suis quand même géné par l’utilisation abusive d’un jargon que j’ai de plus en plus de mal à supporter… Mais l’essentiel n’est pas là, il est plutôt dans la définition de l’innovation en formation/éducation. Certes, des chercheurs, des formateurs, des ingénieurs cherchent de nouveaux moyens d’enseigner notamment à l’aide ds TICE, et le champ pédagogique se nourrit de leurs trouvailles, mais tout n’est pas innovant.

Et je vous rejoins lorsque vous dites que le numérique ne s’est pas contenté de « plaquer » de la technologie sur de vieilles lunes pédagogiques. Non il ne s’en est pas contenté, mais il en a largement abusé. Encore une fois, tout est question de dosage… Et ne cherchons pas à innover pour innover. Après tout, je m’y perds, avant-hier on me parlait de formation 2.0, hier de formation 3.0, aujourd’hui … Et pourtant, à regarder de plus près, Ma formation professionnelle, mon éducation nationale n’ont que très peu changée, et l’on attend encore qu’elles nous ramènent des résultats satisfaisants… Mais ça c’est un autre sujet, il est déjà difficile de définir l’innovation en formation, alors j’ai encore plus de mal avec l’efficacité.