Généralités

L’université est-elle une figure de proue de l’innovation pédagogique ?

13 avril 2017 • By

Il y a quelques semaines, je rencontrais deux présidents d’Université dans le cadre de l’écriture de mon livre sur l’innovation pédagogique. Ils me confiaient, fiers comme Artaban avoir engagé « leurs » institutions sur la voie de l’innovation et de la digitalisation. « Les universités sont LES lieux de transmission principaux du savoir principaux au 21ème siècle (…) et seront des figures de proues de l’innovation pédagogique en France…Nous sommes, et avons toujours été des précurseurs de la digitalisation ».

Pour innover, il faut faire preuve d’une saine dose d’humilité

Juliana Rotich

Venu parler des tendances en terme d’innovation pédagogique, j’ai surtout écouté, beaucoup écouté… une fable sur l’innovation pédagogique au siècle dernier et sur l’humilité universitaire !

Carnet et stylo en main, prêt à noter les initiatives et les expérimentations menées dans ces institutions qui valaient la peine d’être partagées dans mon projet de livre, je suis reparti avec une feuille blanche. Et pourtant, ils m’ont racontés des dizaines d’innovations qui font leur fierté et qui font d’eux des « pionniers ». En effet, leurs moyens sont dignes des pionniers de l’exploration minière, tout comme leur sensation d’avoir trouvé un filon, d’être assis sur une mine d’or… Si seulement ils étaient sortis de leurs bureaux pour rencontrer leurs équipes, explorer le monde, celui des entrepreneurs, celui des gens humbles qui innovent réellement.

L’université est-elle une figure de proue de l’innovation pédagogique ?

Mais quelle prétention ! Quelle arrogance ! Mais non messieurs, réveillez-vous, « VOS » universités ne sont plus les lieux de transmissions principaux du savoir, on parle aujourd’hui de partage plus que de transmission. Et puis pour l’innovation pédagogique, par pitié, acceptez votre situation, les Universités ont loupé le wagon, elle sont dans le train d’après.

Plus que de l’arrogance, de la prétention, il s’agit selon moi avant tout d’un manque d’humilité, de recul et aussi d’ouverture.

Juliana Rotich,  nommée Entrepreneur social de l’année par le Forum Economique Mondial, directrice générale de la sociéité Ushahidi nous rappelle que « pour innover, il faut faire preuve d’une saine dose d’humilité (…) pour se confronter aux réalités du terrain, pour apprécier la vision de quelqu’un autre, la vision d’un enjeu ou d’un problème sous un angle différent. Quand des individus se rassemblent sur la base d’une passion commune pour ce qu’ils font, c’est là que vous voyez l’innovation. »

Et à ce jour, je pense que la majorité des Universités ont perdu le fil de l’innovation pédagogique et de la transformation digitale. Je doute par exemple que les MOOCs que la plupart d’entre elles créent et partagent suffisent à les rendre aussi innovantes qu’elles le prétendent. Sur la question de la formation à distance par exemple, je me souviens avoir été marqué par les taux d’usages des plateformes déployées : entre 1 et 3%… et depuis des années, sans remettre en cause le choix de l’outil (souvent Moodle, Claroline…), des contenus, de la stratégie, des moyens…

Avant de finir, un constat : quand j’ai questionné des étudiants* sur la plateforme LMS mise à disposition par leur université, ils m’ont répondu à 75% qu’ils ne la connaissaient pas. Les 25% restants la trouvaient peu intuitive, pas accessible par mobile, pas assez ludique, mais surtout, à l’unanimité, ils la trouvaient dépassée !

Et après avoir interrogé 4 présidents d’Université, 6 présidents de grandes écoles sur le choix de leurs outils digitaux, 3 parmi eux m’ont affirmé conserver leur plateforme LMS (Moodle pour leurs cas) malgré ces critiques provenant des étudiants car :

  • Ils avaient beaucoup investi sur ces outils depuis 10 ans
  • Beaucoup de personnels étaient experts de ces solutions et parfois même y étaient dédiés

C’est un peu comme si aujourd’hui on continuait de se chauffer au charbon, par habitude, et parce qu’après tout on a des mineurs qu’on n’envisage pas de reclasser !

D’après-vous, que manque t’il aux universités françaises pour prendre le train de l’innovation pédagogique et du digital en route, avant de pouvoir envisager en prendre le lead ?

* Etude menée par le DLN en octobre 2016 : 94 étudiants interrogés provenant de 6 universités françaises.